Tranports terrestres Bemo, Becak, Rickshaw, train, car, minibus...
En chantier ! Revenez bientôt voir la suite...
Puis il y a eu les trains. Moins nombreux, mais tout aussi omniprésents. Traversant les grands espaces dans un cofort et une sécurité relative. Impressionnants parfois, par leur régularité imprturbable dans un monde où tout semble imprévisible, comme c'est le cas en Inde.

Il y en a eu, des transports terrestres, tout au long de ce voyage ! Des confortables, des redoutables, des rapides, d'autres lents. Certains fiables, d'autres terrifiants d'insouciance. Il y en a eu de très chers, d'autres à des prix dérisoires. De classiques et de très improbables. Certains sont universels et intemporels, d'autres ont peut-être déjà disparu, emportés par le maestrom du progrès. Mais quoi qu'il en soit, ils ont été, et ils restent, l'un des liens les plus forts avec les pays traversés. Les trsansports en commun, pour peu qu'on utilise ceux du pays, sont le point de rencontre avec les autochtones. C'est là qu'on mesure à la fois la qulité des relations sociales, le niveau de vie, la mesure du temps, la relation à la modernité, à la sécurité. C'est aussi depuis ces innombrables modes de déplacement que l'on voit le mieux la géographie, que l'on perçoit les senteurs...
Et tous les véhicules terrestres

Et les autresIL y a eu tout d'abord les bus, engin universel, collectif, indispensable. De toutes tailles, de tous conforts, de toutes couleurs. De la sévérité du Greyhound à l'éxubérance des cars de Thaïlande et à la vétusté de ceux de Birmanie.


Et puis toutes les variétés de-cyclo pousses
Dans de nombreux pays, nous avons découvert les mini transports motorisés, avec en particulier les "bemos" de Bali. Improbables, imprévisibles, cahotants et fumants, mais oniprésents, souples, bon marché. Nul besoin de véhicule personnel, nous disions nous, lorsque partout 5 minutes suffisent pour trouver un véhicule...
Tout notre voyage